La réserve de Bandia ou l’art d’un enterrement sérère.

                                                          Le Baobab, un arbre cimetière chez les sérères

Avez-vous déjà visité la fameuse réserve de Bandia?

Elle est connue pour son mini safari, mais aujourd’hui, je vous la présente sous un nouveau jour plein de mysticisme et de découverte de notre civilisation.

Dans l’histoire de notre cher Sénégal, il existait un rituel funéraire assez particulier, réservé aux rois et aux grands griots sérères. 

Le mort, était enterré avec tous ses objets de valeurs tels que des parures, de la poterie, ses armes.

Au moment de la cérémonie, les délégations faisaient la ronde autour de lui en chantant et dansant jusqu avant le crépuscule. Ensuite, après l’enterrement, les accompagnateurs de la dépouille s’en allaient en tapant des pieds avec leur sandales. La cérémonie, ou plutôt ces les grandes festivités organisées à cette occasion, étaient clôturées avec un passage au vin et au siim! 

La taille du baobab, lieu de l’enterrement, dépendait de l’importance de la personne. 

Mais je rappelle que cette cérémonie était réservée aux personnalités.

Les autres étaient enterrés suivant le même rituel, mais dans des dunes de sables appelées “mbanar” équivalents des mégalithes de “Sin ngayen”, ou encore des dolmen en Europe occidentale.

Ces dunes de sable représentaient un rituel funéraire témoin de la richesse des civilisations historiques des peuples . 

 De manière cérémonieuse, durant l’enterrement, on déposait tous les biens du mort autour de lui. Au fur et à mesure du déroulement de la cérémonie, et toujours accompagné de chants et de danses, Les initiés ensevelissaient le corps du défunt sous le sable,  jusqu’à former une dune. La taille de la dune dépendait de l’importance du rang social du défunt. Plus le mort était important de son vivant, plus la dune était haute et imposante.

La préhistoire sénégalaise est très riche déjà à cette époque les populations de la vallée du Nord connaissaient l’industrie du fer (avec les “togger”), qui a vu le jour en Europe seulement au XVIIIe siècle avec la révolution industrielle.

L’Afrique n’est pas seulement berceau de l’humanité elle a aussi participé à l’industrialisation.

Collecte d’information chez les followers

Annita Dia

et

Sophie Monique Dia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *