L’identité

Mon grand-père avait l’habitude de me dire que la clé du succès se trouvait dans la volonté de réussir et la persévérance dans ses démarches vers la réussite.
Il m’a transmis l’amour de la lecture, l’esprit de créativité, la hargne de bien faire, l’esprit de partage, le sens de la dévotion.
Il m’a enseigné l’esprit de la loyauté, le sens de l’équité, l’amour de la famille, l’esprit de solidarité, l’empathie.
Mais aussi il m’a appris à être fière de mes origines.
Il m’a appris à faire face à mes obligations, à diriger ma vie vers un chemin de droiture et de valorisation de mon être d’abord.
Ces concepts étaient flous dans ma tête de petite fille.
Mais, de manière très subtile, cet enseignant aguerri, a su, jour après jour, m’inculquer ces valeurs intrinsèques.  Pour cet homme profondément ancré dans les traditions de son
Fouta natal, il était impératif que sa descendance puisse prendre la relève sa lignée de thiouballo.
Aujourd’hui, j’ai le devoir de vouloir prendre la relève et de m’assurer que ma lignée ne descende du chemin de la droiture, de la loyauté, de la foi, de la foi en soi, de la confiance.
C’est notre devoir en tant qu’êtres humains, en tant que parents, de transmettre des valeurs positives à nos enfants.
Nous devons donner un sens à notre existence.
J’ai appris de mon père que le bonheur d’un parent est de voir son enfant réussir.
Ce bonheur, nous ne l’éprouvons réellement que lorsque nous aurons travaillé, lorsque nous aurons bataillés avec nos propres mains, pendant au moins trois décennies, pour accompagner les enfants que nous avons conçus, portés dans nos ventres et tenus par la mains jusqu’à la porte de la réussite.
Qu’appellerait-on réussite?
D’aucuns vont penser aux diplômes, au travail, à l’argent, aux biens matériels.
Mais en réalité, la réussite des enfants commence par l’éducation de base.
Une éducation de base, sur laquelle il faut impérativement travailler en maintenant un équilibre psychique des enfants.
C’est-à-dire, un équilibre basé sur la stabilité du foyer. Les deux référents immédiats d’un enfant sont ses parents. L’attitude des parents dans leurs relations quotidiennes. L’entente ou la mésentente des parents définit immanquablement l’orientation comportemental de l’enfant et le prédestinera tôt ou tard à devenir soit un adulte stable, soit à devenir un enfant adulte.
L’épanouissement et la réussite de ses enfants ne se mesurent pas sur la base de sa réussite  ou son échec social.
Il se mesure sur la base de valeurs d’unité, de respect, d’appartenance à une famille unie, croyante, soudée, aimante et de référence.
Ce travail de longue haleine, qui se prépare depuis la très petite enfance, dépend entièrement de la stabilité familiale.
Que la famille soit adoptive ou naturelle, l’essentiel, c’est que les enfants puissent avoir des repères d’unité, de cohésion sociale, de rigueur intellectuelle qui lui permettrons de pouvoir poser les jalons de son intégration dans un monde futur.
Si votre enfant développe une confiance en une vie meilleure, ce sera grâce à vos compétences de parents que savent travailler la main dans la main, pour garantir à vos enfants une vie de famille stable et sereine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *